Les amandiers... sont de vieux arbres à la peau noire et rèche.
L'hiver, ils ont l'air de bois à fagots. Puis février arrive et
de leurs membres secs jaillit une fois de plus l'annonce du printemps.
Ces vieillards deviennent tout à coup des jeunes mariées
vêtues d'un voile de fleurs blanches, images singulières de l'espoir,
merveilleuses, neuves chaque année, dans le paysage encore nu et mort.
Certains sont rosés, d'un rosé exquis, à peine rosé. Rose-de-lait.

Mes chers Amis,

Si le raccourcissement de quelques jours dont pâtit le mois de février a pour origine une démarche plutôt politique - les Romains ayant voulu que le mois consacré à l'empereur Auguste ne soit pas inférieur à celui de Jules César - il en résulte que février... se termine plus tôt ! Et ma lettre de ce mois vous parvient in extremis car on ne sent pas le temps passer, et elle s'est trouvée prises entre diverses activités...
Mois plus court il est vrai, mais cette brièveté peut aussi paraître abréger la saison froide, et anticiper le retour du printemps que Barjavel saluait dans un article du 24 février 1974... Et comme en ce mois la terre et le ciel semblent se reposer pour mieux se réveiller ensuite, les hommes l'ont agrémenté à leur façon, avec des événements qui n'ont rien de cosmique mais qui font bouger les gens : les vacances d'hiver, les soldes, et la Saint-Valentin... Est-ce pour consacrer février à la relance des émois amoureux ? C'est fort possible... Et à l'occasion de cette aimable tradition, et à côté de son aspect parfois un peu commercial, j'ai appris que les Bibliothèques de la Ville de Paris ont organisé (à l'établissement “Faidherbe” dans le XIème arrondissement) un concours sur le thème de la Rencontre Amoureuse, qui posait des questions pointues sur une vingtaine de romans, occasion parfaite pour les découvrir et tenter de gagner... à deux. Certes Barjavel n'était pas "au programme", mais ses écrits apportent eux aussi un romantisme parfois torride... pour leur époque du moins. Ne serait-ce pas une bonne idée d'offrir à la personne de ses pensées un de ces romans qui continuent d'inspirer jeunes et moins jeunes... à preuve cette toute petite Éléa née le 8 février et dont les parents ont apporté leur témoignage sur la page :

http://barjaweb.free.fr/SITE/ecrits/Ndt/inspir/ndt_inspir.html#elea

Barjavel était d'ailleurs à l'honneur sur le site zaziewebhttp://www.zazieweb.com ], qui présentait il y a quelque temps un petit forum sur les bibliographies amoureuses, archivé à la page :

http://www.zazieweb.com/archives/2002/site/perso/espaceperso.php?num=2565&onglet=3

avec une mention enthousiaste pour Tarendol :

”l'histoire de Jean et Marie a très vite pris vie entre mes mains. C'est classique sans l'être véritablement, bien sûr l'histoire se passe durant la seconde guerre mondiale, mais l'amour est immuable, les sentiments traversent le temps. Je ne peux pas te promettre qu'à la fin ni lui ni elle ne meure, je n'ai pas encore terminé de le lire, mais c'est rempli des émois d'un premier amour, d'un garçon qui devient un homme, c'est tendre et indémodable.”

Les autres romans présentés sur cette bibliographie gagnent aussi à être découverts, mais on réservera aux lecteurs avertis le conseil concernant Calaferte qui vient juste après Tarendol...

Puisque l'année 2006 est maintenant bien entamée, rappelons qu'elle est aussi pour nous “une année à Journées Barjavel”, et nous aurons le plaisir de retrouver Nyons sous le soleil d'été puisque ce sont les 19 et 20 août prochain que se déroulera cette manifestation sur le thème « René Barjavel et le cinéma ».
Si le programme précis est en cours d'élaboration, on sait dès à présent qu'à côté de la traditionnelle promenade guidée sur le Circuit Barjavel et Patrimoine le samedi matin, sont prévus une soirée de projection-conférence le samedi, un Moulin Littéraire (ou plutôt cinéphile) au pied du Pont Roman (le dimanche en fin d'après-midi), une exposition à la Mairie, un concours de dessins pour les enfants des écoles nyonsaises, et, on peut s'y attendre, un super-concours organisé les semaines précédentes par G.M.Loup et le barjaweb...
Au fur et à mesure que les détails se préciseront, une nouvelle section du site http://journees.barjavel.free.fr va prendre forme, et l'on peut dès à présent retrouver les souvenirs illustrés et commentés des années précédentes.
Et puisque l'élaboration de ce programme se poursuit, je vous invite à apporter votre contribution sous forme de suggestions, questions que vous souhaitez y voir abordées, éléments qu'il vous paraît intéressant de mettre en avant sur le thème annoncé. Comme tous les ans, le mois de mars va être l'occasion de prêter ma plume aux témoignages et messages des visiteurs pour ma Lettre, je vous invite donc à plus forte raison à profiter de cette occasion...
Et je pense que le mois prochain verra aussi l'annonce d'une nouveauté sur le site qui permettra d'offrir une plus grande interactivité avec les visiteurs. Mais je n'en dis pas davantage, car il me reste quelques travaux techniques de mise au point et de rodage à effectuer...

Il est donc temps pour moi d'expédier cette missive à... au fait, combien de destinataires êtes-vous déjà ?
Et observons l'éveil des bourgeons et peut-être aussi - discrètement - les amours précoces des chats comme l'évoquait aussi Barjavel en juin 1974 :

Les marronniers ont défleuri, les chattes ont accouché de leurs amours de février et les cerises sont sur les marchés avec leurs rougeurs de jeunes filles comme on n'en fait plus.

Mais nous n'en sommes pas encore là...

Pary sur Arche, le 28 février 2006

G.M. Loup.