J'ai été poussé par le vent hors de mon pays comme un navire.
Peut-être un jour retournerai-je au port, mais la coupure entre l'avenir et le passé est faite.
Mes enfants sont nés à Paris. Pour eux, Tarendol, c'est Cro-Magnon.
Mes petits-enfants n'y sont jamais venus. C'est ainsi qu'on perd ses racines...
 

Mes chers Amis,

Alors que certains voient en l'évasion, la plus lointaine possible, la forme idéale du dépaysement, il est une certaine sagesse plus tranquille qui fait penser, comme Sénèque il y a près de 2000 ans, que “voyager n'est pas guérir son âme”...(1)

Si Barjavel, en hommage récurrent aux Voyages Extraordinaires de Jules Verne, a défini ses récits comme "romans extraordinaires", l'extraordinaire, et surtout les voyages, sont plutôt chez lui du domaine intérieur, et c'est par l'attitude de l'esprit que toutes les découvertes provoquent le merveilleux et le dépaysement, hic et nunc...(2)

Mais abandonnons le latin, qui n'est qu'une lointaine réminiscence, nous ne sommes pas curés (et eux-mêmes d'ailleurs, maintenant…) et ce mois-ci découvrons justement les souvenirs de globe-trotter de l'auteur.

Dans la revue du Touring Club de France (association malheureusement disparue en 1983), il les a confiés en 1979 à Madame Simone de Tervagne pour une chronique qui s'intitulait“Au pays de mon cœur”.
Ayant tout récemment redécouvert cette archive, je l'ai retranscrite sur la page

http://barjaweb.free.fr/SITE/documents/tcf_0979.html

accompagnée des notes explicatives auxquelles le barjaweb s'est désormais habitué.
On verra qu'il faut mettre le pluriel aux "pays de son cœur", car ces voyages ont permis à Barjavel de parcourir la terre. Ils furent souvent involontaires, comme lui-même le reconnait, parfois pénibles (surtout le premier), mais toujours enrichissants par les expériences auxquelles ils ont donné l'occasion et les découvertes qui ne sont permises que par la capacité à les vivre et à apprécier en toute conscience l'instant présent.

Les semaines écoulées depuis ma lettre précédente m'ont donné l'occasion de retrouver d'autres articles consacrés à Barjavel, d'intérêt variable - et j'en garde quelques-uns en réserve pour étoffer le moment venu de futures pages "écrits" - mais ils viennent toujours compléter les archives du site. Ainsi, très… people (mais le mot n'existait pas à l'époque !) une chronique de Paris-Match parue en mai 1973, dans laquelle se trouve rapporté un déjeuner gastronomique de l'auteur, invité à parler de son œuvre et de lui-même autour d'une bonne table parisienne, Chez Georges. On peut le trouver plus "gueuleton" que banquet socratique, mais il faut sans doute faire la part du ton du journal et de l'interprétation du journaliste, celle-ci semblant d'ailleurs altérée par les souvenirs fragmentaires qu'il a pu en avoir. Je l'ai retranscrite sur la page :

http://barjaweb.free.fr/SITE/documents/pm_0573.html.

Ces archives que le barjaweb offre aux visiteurs curieux (je rappelle que ces documents, articles et interviews sont répertoriés sur la page http://barjaweb.free.fr/SITE/documents/articles.html) font le bonheur des étudiants et chercheurs dans la préparations de leurs travaux sur notre auteur. La fin de l'année académique qui approche va voir la présentation de trois mémoires universitaires auxquels G.M.Loup a apporté ponctuellement un peu de soutien :

Adressons-leurs nos vœux de succès pour ces fins d'études et de réussite pour la suite, et donnons-leur rendez-vous très bientôt sur la page consacrée aux Travaux Académiques :

http://barjaweb.free.fr/SITE/academie/index.html

qui s'est aussi complétée de nouvelles références que m'ont directement communiquées leurs auteurs, certaines accompagnées des documents eux-mêmes mis à la disposition des visiteurs intéressés.
 


Quelques mots à propos du barjaweb`blog qu'inaugurait ma lettre précédente. La structure de sa présentation se révèle imparfaitement adaptée à l'usage. Ayant vocation à être organisé par sujets de discussions (eux-mêmes se déroulant ensuite par ordre chronologique) plus que par chroniques quotidiennes de nature éphémère comme le sont les “blogs” courants, il devra être un peu remanié du point de vue ergonomique. En attendant ces travaux de programmation il reste entièrement opérationnel et tous les messages collectés seront conservés pour la future présentation.

On aura enfin remarqué les prémices de la venue de la belle saison... l'été 2006 est celui des Journées Barjavel à Nyons (les 19 et 20 août prochains) sur le thème du cinéma. La préparation se poursuit, ma prochaine lettre de juillet en révélera tout ce qu'il faut savoir !

Pary sur Arche, le 25 mai 2006

G.M. Loup.




1) Voir la vingt-huitième Lettre à Lucilius : http://fr.wikisource.org/wiki/Lettres_%C3%A0_Lucilius_-_Lettre_28 et, pour les latinistes  : http://neptune.fltr.ucl.ac.be/corpora/Concordances/seneque_lettres/ligne05.php?numligne=31

2) "Ici et maintenant"...