Quand j'ai vu la gentillesse, la douceur,le bleu, la transparence,
la tranquillité, quand j'ai tâté de l'orteil la tiédeur de cette mer,
j'ai compris qu'enfin les temps étaient proches
et qu'à l'âge de trente-six ans j'allais apprendre à nager.
Mes enfants et moi avons appris en même temps.
Ils étaient téméraires, moi prudent.
Malgré le nonchaloir de la Méditerranée,
j'ai eu quelquefois l'occasion de constater
qu'elle avait le même goût que la Manche.
 

Mes chers Amis,

L'été et sa chaleur rendent cette année les mers de toutes nos côtes agréables, par leur tiédeur ou au contraire, par leur fraîcheur revigorante qui vient à point lorsque l'après-midi nous incite à ne rien faire... C'est donc bien le temps des vacances, et pour le barjaweb aussi puisque je vous écris les pieds (et même plus) dans l'eau...
À ceci près que les Journées de Nyons du mois prochain se préparent, et qu'il est temps de donner quelques précisions.

On sait que le thème choisi pour 2006 est : René Barjavel et le cinéma, ce qui est un très vaste sujet. Car « René Barjavel, écrivain » a contribué à plus de films qu'il n'a écrit de livres ! Et son activité dans le monde du cinéma va en fait bien au delà de l'écriture de scenarii et dialogues, puisque, dès 1936, ses premiers articles parisiens au Merle Blanc, sous le pseudonyme de G.M.Loup, étaient justement des critiques de films, parfois mordantes...

Pour les Journées des 19 et 20 août Nyons nous proposera de (re)découvrir un film savoureux, Le Mouton à cinq pattes, projeté le samedi soir au cinéma de la ville, L'Arlequin (qui a succédé au Casino que connaissait le jeune René de La Charrette bleue).
Mais la journée de samedi verra la traditionnelle ouverture du fournil Achard-Barjavel rue Jean-Pierre André, présenté par Monsieur Jean-Pierre Autrand, ainsi que le Marché aux livres anciens sur la place du Docteur Bourdongle, devenue depuis 2005 magnifiquement piétonne... C'est le dimanche matin que l'on pourra parcourir, sous la bienveillante férule de Monsieur Jean Laget (de la Société d'Études Nyonsaises), la visite guidée du circuit "Barjavel et patrimoine", avec la découverte des lieux auxquels La Charrette bleue donne une vie toute particulière, que nous nous efforcerons d'agrémenter de lectures de textes annonçant le thème de l'année.
Et c'est le dimanche après-midi que le Café littéraire, initialement prévu au pied du Pont Roman mais déplacé pour plus de confort climatique à l'ombre des platanes dans la cour de l'ancien collège Roumanille, donnera l'occasion de débattre de l'œuvre cinématographique de l'auteur et ses apports à ce domaine. La participation souhaitée du public, stimulé ludiquement par des petits quizz sur le vif, permettra à cette conférence-débat de mettre en regard les différents visions que l'on peut en avoir, tant à partir des films que l'on connaît plus ou moins bien que des livres que tout le monde peut lire, et relire. Son titre : « Les cinémas de René Barjavel ».

Aussi, pour ceux et celles qui souhaitent se préparer à cette animation, je ne peux que conseiller la visite de la page présentant les films de l'auteur : http://barjaweb.free.fr/SITE/films mais aussi la lecture, ou relecture, des plus grands romans comme La Nuit des temps ou Les Chemins de Katmandou (voir aussi leurs "pages "écrits" : http://barjaweb.free.fr/SITE/ecrits/Ndt et http://barjaweb.free.fr/SITE/ecrits/Katmandou), du Journal d'un homme simple (voir http://barjaweb.free.fr/SITE/ecrits/JDHS), et pour ceux qui ont la chance d'en disposer, de l'essai visionnaire qu'est Cinéma Total.




Ma lettre précédente annonçait la fin de travaux universitaires consacrés à l'œuvre de René Barjavel, et leurs auteurs, qui profitent maintenant de vacances bien méritées, ont eu la gentillesse de me communiquer leurs mémoires pour mise à disposition sur le site, ils sont donc téléchargeables (au format PDF) à la page http://barjaweb.free.fr/SITE/academie/index.html. Le temps qu'ils ont passé à disséquer œuvres et considérations intertextuelles a apporté la découverte d'ouvrages injustement oubliés, venant donner des éclairages nouveaux à la genèse de certains thèmes et œuvres barjavéliens, en particulier à propos du Voyageur Imprudent.


Pary sur Plage*, le 26 juillet 2006

G.M. Loup.


* à ne pas confondre avec Paris-Plage, initiative agréable pour certains mais, il faut le reconnaître, bien moins bucolique que nos côtes maritimes du Roussillon, ou d'ailleurs…