TRAVAUX ACADÉMIQUES
consacrés à
RENÉ BARJAVEL

 
 


Figure bien présente de la littérature du XXème siècle, l'œuvre de René Barjavel est petit à petit sortie des rayonnages des librairies et bibliothèques pour être étudiée sérieusement dans le monde académique. L'auteur lui-même aimait particulièrement rendre visite aux classes de lycées et collèges pour y rencontrer la jeunesse sur laquelle il fondait ses plus grands espoirs (voir à ce propos le témoignage de son fils Jean lors du café littéraire de la Journée 2002, et l'interview recueillie par France-Soir Magazine le 17 octobre 1984). Contact avec les élèves, mais aussi avec leurs professeurs, parmi lesquels certains ont gardé un profond attachement tant pour l'auteur que pour le monde de la S.-F.
Ainsi l'écrivain Danielle Martinigol (voir ces sites qui lui sont consacrés : [ http://www.cadranbleu.com/auteurs/DanielleMartinigol.html ] et [ http://www.noosfere.net/autres-mondes/martinigol.htm ]), professeur de lettres et auteur de romans de science-fiction pour la jeunesse, évoque ses souvenirs de ses années d'étudiante et de jeune professeur (témoignage recueilli par l'intermédiaire d'un forum de discussion) :

J'ai écrit à Barjavel alors journaliste au Journal du dimanche quand j'ai décidé de faire ma maîtrise sur la SF en 1970. Avec l'inconscience et le culot de mes vingt et un ans et l'adoration que je vouais à La Nuit des Temps, je me suis dit que contacter cet auteur pour lui demander de l'aide pour mon mémoire était la meilleure chose à faire. Il m'a répondu par retour du courrier qu'il était très touché de ma démarche mais que « lui demander à lui des renseignements sur la science-fiction... c'était autant demander à une pomme de faire le croquis du pommier ! » Il m'a recommandée à Pierre Versins dont la bibliothèque est devenue la Maison d'ailleurs à Yverdon en Suisse.
J'ai rencontré Barjavel plus tard. J'étais restée en contact épistolier puis téléphonique avec lui. C'était un homme charmant, il était très soucieux d'autrui et n'a pas hésité à venir bénévolement rencontrer mes élèves à plusieurs reprises à une époque où aucun auteur n'entrait dans les écoles.

Les professeurs de lycées et collèges n'hésitent pas à proposer à l'étude des œuvres de l'auteur, soit comme "conseils de lectures", soit comme sujet de devoirs ou d'exposés. Les études supérieures ne sont pas en reste, et un certain nombre de travaux de fin d'études de l'enseignement supérieur ont constitué au fil des années un patrimoine académique, dispersé par nature dans les archives des différentes universités, mais que les ressources documentaires actuelles permettent maintenant d'appréhender et, grâce à de gracieuses contributions, de consolider en un catalogue, certes probablement pas exhaustif et encore moins définitif.

Si ces travaux portent plus particulièrement sur la matière littéraire proprement dite, d'autres domaines ont échangé avec l'œuvre de Barjavel des éclairages mutuels eux aussi fort intéressants. Je pense en particulier au monde des Arts, Architecture et Urbanisme, auquel l'auteur lui-même, comme constructeur de mondes imaginaires (mais peut-être pas tant que cela...), n'était pas étranger.
 



Travaux SCOLAIRES
     Un cours passionnant, par un professeur multi-disciplinaire

La nature éphémère et aussi relativement prolifique de ces travaux (un devoir par élève...) ne rend pas possible leur inventaire et encore moins leur archivage : moi-même n'arrive plus à compter les demandes d'aide que m'adressent de nombreux élèves (apparement paresseux ou illettrés), qui pour un exposé, un résumé, ou que sais-je encore...
Cependant, certains professeurs ou établissements ont pris l'initiative de les rendre accessibles sur Internet - d'ailleurs l'apprentissage des nouvelles technologies y trouve un sujet d'exercice de choix ! Les pages ainsi constituées ont toutefois une existence fugitive, et risquent de ne pas survivre à l'année scolaire... Je me suis attaché à les sauvegarder au fur et à mesure que mes recherches m'amènent à les découvrir. En plus de l'intérêt qu'elles peuvent présenter pour le barjaweb, elles pourront ainsi servir d'inspiration ou d'aide aux générations suivantes d'élèves, ainsi qu'à leurs professeurs...
On ne sera pas surpris de trouver que les œuvres les plus étudiées dans ce cadre sont :

  • La Nuit des temps
  • Ravage
  • La Charrette Bleue

À ce propos, l'une des fonctionnalités interactive du barjaweb qu'est la possibilité offerte aux visiteurs de voter pour témoigner de leur "évaluation" des ouvrages présentés ans les pages « écrits », révèle un élément intéressant d'un point de vue pédagogique. En effet, j'ai jugé bon, dans le cas de votes franchement négatifs (le visiteur qualifiant l'œuvre de "très mauvaise" ou "exécrable") de demander quelques mots de justification. Il s'avère que les explications "sensées" sont plutôt rares (je veux dire celles s'appuyant sur un commentaire raisonné de l'œuvre), mais au contraire l'une des causes les plus fréquentes de "dégoût" pour un roman est [exemples à propos de Ravage] :

il est pourri ma prof de francais ma forcer a le lire.

ou

parce il est choisi par une prof

voire même, allant jusqu'à prendre G.M.Loup pour l'auteur du livre :

Parce que tout simplement il faut que je le lise pour l'école et je ne le trouve pas du tout passionnant.C'est un TRES mauvais livre et si vous pouvez comprendre qu'il faut que je le lise impérativement et qu'il ne m'interesse pas du tout alors je pense que vous pouvez écrire un autre livre qui soit plus interressant...

On peut le voir, la forme et l'orthographe de ces "témoignages" relèvent d'une pauvreté culturelle (?) en rapport avec leur contenu, mais ces mauvaises impressions sont néanmoins présentes chez les jeunes lecteurs.
En contrepartie, j'ai aussi reçu des avis tels que celui-ci :

il y a une chose que j'apprécie à l'école c'est la lecture, et je remercie mon professeur de français d'avoir mis sur mon chemin « La Nuit des temps ».

J'ai pu inventorier plusieurs guides de lectures, voire même parfois d'hypothétiques corrigés de devoirs mis en ligne par des enseignants ou mêmes des élèves eux-mêmes. Ils ne peuvent servir d'autre ambitions que de "guider", suggérant des pistes d'approfondissements qui peuvent dépasser le cadre d'un devoir scolaire mais inciter des élèves intéressés à se plonger dans l'étude de détails précis.
 
SujetNiveauLienMon avis...
La Nuit des tempsClasse de seconde http://membres.lycos.fr/coursdeseconde/nuitdestempsbarjavel.html
et
http://membres.lycos.fr/coursdeseconde/fichedelecture.html
Guide d'étude bien fait (source  professeur, Mme Gachon).
La Nuit des tempsÀ partir de la troisième http://www.script.lu/activinno/elabotic/index.php?page=cdi03
et présentatins de travaux d'élèves ou d'enseignants : http://www.luxplanet.lu/~kplge/barja/index.html
et
http://www.lge.lu/site/travaux/nuit/mortini/home.htm
Constitue davantage un "guide de l'enseignant", avec suggestion de thèmes à analyser et nombreuses références complémentaires (dont... le barjaweb...)
(source : Service pédagogique du Ministère de l'Éducation Nationale du Luxembourg)
La Charrette bleueClasse de troisième http://www.ac-creteil.fr/lettres/pedagogie/college/3e/prog32.htm#s5 Pistes d'analyse sur le thème de l'autobiographie. Mais même l'Académie (de Créteil) tombe dans le piège qu'est l'orthographe correcte de charrette, ce qui est un comble !
La Charrette bleueClasse de quatrième http://membres.lycos.fr/prolixe/lecture/bienvenuedanslemondedelalecture.html Bon site pédagogique, bien qu'apparemment "statique", qui présente une approche d'étude scolaire de La Charrette bleue bien menée malgré quelques inexactitudes biographiques.
Ravage"Cinquième année secondaire"
(Tunisie)
http://www.edunet.tn/ressources/resdisc/francais/documents/evaluer.htm
(page disparue)
Élaboration et suivi d'un devoir sur un passage de Ravage : "Ce que devrait être une usine"

Les éditions Hatier ont publié en 1993 un petit livre dans la collection “Classiques Hatier - œuvres & thèmes” sous le tite « une œuvre : Le Monde perdu - un thème : voyage dans le temps ». Il présente n première partie le roman d'Arthur Conan Doyle Le Monde perdu, et la seconde partie thmétiques commente des extraits de romans de voyages dans le temps, La machine à explorer le temps (H.G. Wells), L'Œil du purgatoire (J. Spitz), Le Piège diabolique (B.D. de E.P. Jacobs), Le Voyageur impruent (R. Barjavel) et Un petit saut dans le passé (J.-P. Andrevon).
L'extrait est celui de l'arrestation de Pierre Saint-Menoux par la police lors de son voyage au tout début du XXème siècle. Une série de questions est proposée pour comprendre le texte, étudier la technique d'écriture et le vocabulaire.
 



Thèses et Mémoires
(Travaux universitaires)
     Amphithéatre attentif

Travaux "nobles", impliquant leur auteur tout au long d'une ou plusieurs années de recherches, et dont les résultats particulièrement consistants, voire volumineux pour les thèses de doctorat, sont dûment archivées par leurs universités.

Les mémoires de premier et deuxième cycles, réalisés en une fraction de l'année universitaire, ou disons "à temps partiel", offrent une vue de l'œuvre circonscrite à certains aspects (thèmes) ou titres (corpus), et l'on y trouve souvent un effort de documentation et de récapitulation de recherches croisées ouvrant au lecteur la voie à des réflexions personnelles. Et si le sujet a aussi intéressé l'enseignant responsable, celui-ci a pu y apporter des conseils de recherches aboutissant à des éléments parfois inédits (le barjaweb est ainsi redevable de quelques-unes des ses découvertes des plus intéressantes.)
Les doctorats de troisième cycle sont quant à eux le résultat d'au moins trois années de recherches et de préparation dont ils représentent la synthèse. Par essence, les thèses se doivent d'offrir une approche originale, et certaines ont en particulier comme sujet la mise en regard "intertextuelle" d'œuvres et même d'auteurs différents. On imagine sans peine la qualité du travail d'approfondissement qui les a nourries, ainsi que la passion et l'implication personnelle dont se sont investis leurs auteurs.

J'ai pu, avec l'appui de l'Association des Amis de René Barjavel qui s'est donné entre autres missions la conservation de ce patrimoine, avoir communication d'un certain nombre de ces travaux, et certaines des pages du barjaweb ont pu en bénéficier sur des points d'information précis complétant mes propres recherches.
D'une manière générale, leur inventaire ne peut se faire que grâce aux ressources documentaires inter-universitaires, et accéder aux documents eux-mêmes est loin d'être simple pour quelqu'un n'effectuant pas un cursus dans ce cadre.
 

Un pionnier, juste après la parution de la traduction de Ashes, ashes (Ravage), traduit par Damon Knight, en 1967.
Plus que l'étude d'une œuvre, ou même de plusieurs, c'est l'analyse de la personnalité littéraire, philosophique et parfois même intime qui est ici présentée, avec objectivité mais toujours le plus grand respect de la "vie privée". Cette thèse est d'autant plus intéressante qu'elle fut préparée en collaboration avec Barjavel lui-même, qui a fourni à M. Blazquez des documents inédits et des "confidences" inestimables.
Plus que l'étude d'une œuvre, ou même de plusieurs, c'est l'analyse de la personnalité littéraire, philosophique et parfois même intime qui est ici présentée, avec objectivité mais toujours le plus grand respect de la "vie privée". Cette thèse est d'autant plus intéressante qu'elle fut préparée en collaboration avec Barjavel lui-même, qui a fourni à M. Blazquez des documents inédits et des "confidences" inestimables. On cherchera en vain cette thèse dans les archives universitaires. Madame Brebion ne l'a en effet malheureusement pas achevée. Ce travail est présenté dans
la page consacrée à Ravage. Résumé : Rattacher l'œuvre d'un auteur à un genre précis porte en soi la limitation de ses possibles et restreint sa richesse. L'étiquette d'écrivain de science-fiction attribuée à René Barjavel nous a paru réductrice de ses textes ; nous avons choisi de reconstituer l'itinéraire qui l'a conduit de la Chanson de Roland à la Légende du Graal et illustre la permanence de thèmes médiévaux au sein même d'œuvres mettant en scène le futur de l'humanité. Après avoir rappelé et analyse les pages autobiographiques de l'écrivain et l'obsession de certains souvenirs dans notre première partie, nous avons développe le mythe du couple qui synthétise les références, les aspirations de notre auteur et trouve à s'exprimer dans L'Enchanteur comme l'aboutissement d'un cheminement mêlant héritage littéraire, symbolisme et recomposition personnelle... notre but étant de redonner à l'écrivain la place majeure qui devrait être, à notre sens, la sienne parmi les dignes continuateurs de la légende.
Travail magistral de ma collaboratrice Laurence Delord, qui, à partir de l'analyse de L'Enchanteur, approfondit tout particulièrement le thème du couple dans les romans de Barjavel. La page « écrit » sur L'Enchanteur s'est alimentée d'une partie importtante de cette étude dont les nombreuses annexes fournissent une abondante documentation (chansons, articles, fac-similé de Roland le chevalier plus fort que le lion, à partir de documents fournis par la fille de l'auteur).  

Prenant comme point de départ la question “Qu'est-ce qui peut amener deux écrivains contemporains à se pencher sur le mythe arthurien, notamment s'ils sont reconnus, parfois abusivement, pour des auteurs de science-fiction ?”, Carine Batrel met en regard les deux transformations du personnage de Lancelot dans ces réécritures moderne de la légende, tout en soulignant les différences de traitement tant d'un point de vue quantitatif que qualitatif

Lancelot, dans nos deux récits contemporains est devenu un héros tourmenté. Personnage moderne, recontextualisé [...], héros idéal chez Barjavel, même si sa passion et son désir de s'unir à la reine le rattachent à la condition humaine, il devient, chez Zimmer Bradley un personnage humain.

  ==>  Mademoiselle Carine Batrel (Carine Juin) a très aimablement fourni au barjaweb son mémoire

…pour servir à d'autres étudiants et pour le plaisir aussi des lecteurs de René Barjavel.

  Ce mémoire est accessible ICI. Résumé : La première partie est consacrée aux définitions de la Quête, ses enjeux ne se révèlent que progressivement. Les héros la comprennent différemment et utilisent un vocabulaire différent a son regard. L'origine la forme et le contenu de l'objet de la Quête permettent de mieux comprendre la mission des héros. Le Graal et l'anneau sont l'exact opposé l'un de l'autre, et possèdent des fonctions semblables ; ce ne sont pas les seuls intermédiaires de la Révélation, de nombreux objets, voire des personnages leur sont comparables. Pour les auteurs, la Quête représente aussi bien un prétexte littéraire que l'illustration de leur propre recherche intérieure.
Dans la deuxième partie sont étudies les personnages de la Quête : les héros, les compagnons, les magiciens, les ennemis.
La troisième partie suit le déroulement de la Quête.
Le mouvement de la Quête est inverse dans les deux œuvres : trouver le Graal dans l'une, détruire l'Anneau dans l'autre. Mais elles se ressemblent dans leurs épreuves et dans leurs conséquences. L'une des étapes majeures est celle de la tentation. L'amour fait obstacle a la Quête dans L'Enchanteur. Certaines formes d'amour sont condamnés, mais lorsque l'amour atteint l'idéal, il peut rivaliser avec le Graal.
La Quête est étroitement liée au voyage initiatique, même ceux qui échouent dans la Quête accomplissent un parcours intérieur La quatrième partie est consacre aux significations de la Quête. Il existe plusieurs formes de divin dont l'influence est importante sur la Quête. La Quête est source d'expériences mystiques. Elle permet également aux héros de s'interroger sur le sens de la vie, d'autant plus qu'elle est fortement liée a l'épreuve de la mort.
La dernière partie s'intéresse à l'achèvement de la Quête, qui est a la fois réussite et échec. Le mal ne disparaît jamais entièrement, chaque homme doit reconquérir son propre Graal. Analysant la construction et la description des utopies dans Ravage et Le Grand Secret de Barjavel et la trilogie des Fourmis de Bernard Weber [ voir son site ], l'auteur dresse des mises en parallèle et des listes de divergences entre deux auteurs auxquels certains lecteurs voient des points communs. Au delà de l'étude des œuvres du corpus elles-mêmes, l'approche du thème de l'utopie développe des vues intéressantes qui ont pu bénéficier de l'exposition organisée à la B.N.F sur ce sujet au même moment [ voir une présentation ]. Les trois couples de héros barjavéliens du corpus sont disséqués dans le détail de leurs relations, tant dans leurs rapports individuels que vis à vis de leur monde extérieur. Cosmogonie, ontologie et création littéraire dans cinq œuvres de René Barjavel : Ravage, Le Diable l'emporte, La Nuit des temps, Si J'étais Dieu et Une rose au Paradis.
Dans la suite du travail précédent, Mlle Magali Moussu a approfondi avec beaucoup de pertinence et de sensibilité les aspects psychologiques - voire psychanalitiques - du Voyageur imprudent, dont les périgrinations dans le futur peuvent être vues comme un plongeon rétroactif dans le monde de l'enfance, mis en regard avec La Charrette bleue, autobiographie des jeunes années de l'auteur.
A noter que, suite à des aléas administratifs et une confusion au moment du dépôt, le mémoire archivé par l'Université n'est pas la version définitive…
  -->  Les travaux de Magali Moussu (maîtrise et rapport de DEA) sont disponibles ICI. Disponible en ligne sur la page de son auteur : [ http://altaride.free.fr/Autres/Memoire/memoire.htm ].
Ce mémoire analyse la mise en place par trois auteurs différents d'un monde imaginaire. L'étude montre comment les trois écrivains (John Ronald Reuel Tolkien dans 'The Lord Of The Rings', Frank Herbert dans 'Dune' et René Barjavel dans "La Nuit des Temps") donnent vie à leur univers : les Terres du Milieu, la planète Arrakis et la Terre du passé. Résumé : La magie dans les œuvres d'Heroic Fantasy constitue un monde à part et ne peut se dissocier de l'univers dans lequel elle prend place. Dans un premier temps, les géographies fictives, riches de symboles, lui offrent un écrin, en présentant des enfers, des limbes et des paradis. La magie naît dans certains lieux, se découvre dans d'autres, s'éprouve ailleurs. La création de tels mondes répond à une interrogation des auteurs : en créant des cosmogonies, ils recherchent le temps du mythe, en perpétuel mouvement cyclique, et finissent par placer leurs aventures dans un merveilleux médiéval. La seconde partie étudie ce point, tandis que la troisième prend la magie comme objet. Elle s'interroge sur les moyens, les effets, mais aussi les limites de la magie. Elle laisse une grande place aux objets magiques, en particulier aux épées ou aux objets de la quête. La quatrième partie s'attache à étudier les particularités des magiciens et sorciers pour redécouvrir en eux un visage de Prométhée. Un excellent mémoire qui pourrait aussi s'intituler « Herméneutique d'un faiseur de cataclysmes », et la philologie y rejoint la philosophie, et même la théologie.
L'étude explore et approfondit les sujets barjavéliens que sont "La question de la vie", "la question de Dieu" et "le danger du nucléaire", pour se concentrer sur le thème central de La fin du monde au travers des différents romans apocalyptiques de Barjavel (Ravage, Le Grand Secret, Une Rose au paradis, La Tempête, La Nuit des temps et Le Diable l'emporte). Pour chacun sont mis en lumière les rapprochements entre le roman moderne et les mythes et traditions tant religieux que symboliques. L'étude propose un approfondissement du thème précis des couleurs dans le roman, mis en regard des travaux sur la vision et le symbolisme des couleurs sur la base des travaux de M. Pastoureau.
Ce mémoire, ayant bénéficié des conseils de G.M.Loup, est présenté de manière détaillée dans (la page consacrée à L'Enchanteur). L'étude s'appuie sur un corpus de sept œuvres de Barjavel relevant du genre science-fiction : Ravage, Le Voyageur imprudent, Le Diable l'emporte, La Nuit des Temps, Le Grand Secret, Une Rose au Paradis et La Tempête. Les annexes comportent des documents rares redécouverts dans le cadre de ce travail ou fournis par G.M.Loup auquel O. Godet s'est associé pour cette étude. Visant à un détachement objectif de la polémique « Barjavel est-il mysogine ?... », mon collaborateur Olivier Godet s'est attaché à mettre en lumière les différentes facettes de la vision fournie par l'auteur lui-même et celle qui ressort de ses œuvres, en ayant soin de faire leurs parts respectives.
* : M. Daniel Compère est LE spécialiste mondial de Jules Verne, et le président de l’A.A.R.P (Association des Amis du Roman Populaire [ http://www.lerocambole.com/ ]), dont le mérite est de faire entrer les auteurs "non-classiques", voire de "mauvais genres" dans le champ d'étude de l'Université qui, il faut le dire reste encore souvent très réticente. Cette étude, qui a ausi bénéficié des conseils amicaux de G.M.Loup, s'intéresse au thème de l'immortalité sur lequel Le Grand Secret construit son intrigue. Après une présentation synthétique de l'essentiel de la biographie de l'auteur, des influences qui ont marqué son œuvre et du genre même de la science-fiction dont relève le roman étudié, l'analyse littéraire du texte précède une étude approfondie et méticuleuse de ses personnages, sous forme de fiches individuelles pour les figures les plus marquantes, ou d'étude générique pour les catégories plus larges. C'est enfin sur l'immortalité que l'étude se concentre en situant l'œuvre de Barjavel et l'adaptation en téléfilm qui en a été faite parmi d'autres romans sur ce thème. Le mémoire est complété d'annexes bien documentées sur l'auteur, ses œuvres dans d'autres domaines et divers travaux le concernant. Une interview du président de l'Association des Amis de René Barjavel conclut cette présentation. * : sic

Présentation : “L'importance d'un écrivain se mesure souvent au nombre de documents critiques dont il a été l'objet. Il est donc pertinent de s'interroger sur l'existence et le contenu de tels documents portant sur Barjavel. On pourra ainsi savoir comment il est perçu par le monde de la littérature et qui s'intéresse à lui. Mais ". Il n'y a pas assez de livres sur Barjavel et on ne peut remarquer l'absence de critiques de son œuvre cinématographique. La diffusion partielle des œuvres de Barjavel est l'une des causes de sa disparition progressive des mémoires. [...] La bibliographie recense des documents sur plusieurs supports. Elle montre la diversité de l'œuvre de Barjavel, autant cinématographique que littéraire, mettant ainsi en évidence les deux facettes de l'artiste.
Cette note synthèse bibliographique est un travail complet qui peut facilement servir de base à une étude sur Barjavel.”

On pourra consulter ce mémoire ici (format pdf), et y trouver cette remarque pertinente :

“Il faut reconnaître que la création d'un site sur Barjavel est actuellement inutile. Il vaut mieux contribuer au Barjaweb. En effet, il est extrêmement complet et comblera à terme toutes ses insuffisances...”

À noter que cette recherche documentaire a été effectuée à partir de catalogues, bases de données et du barjaweb, mais non pas des documents listés eux-mêmes dont la disponibilité effective est parfois hypothétique. Pour cette raison certains documents inventoriés "citent" ou concernent René Barjavel mais de manière très indirecte ou marginale.

Présentation : Le but de ce mémoire est de mener une recherche variée, capable de rendre compte de la grande richesse du "Voyageur Imprudent". L'étude se concentrera notamment sur les sujets : La place du Voyageur Imprudent dans l'histoire de la science-fiction ; la vision (anti)-utopique de la société future ; la thématique de l'initiation et les probabilités scientifiques d'un voyage dans le temps.
En outre, le travail incorpore les autres études qui ont été menées sur Le Voyageur Imprudent afin de livrer une vue d'ensemble sur cette œuvre fascinante de René Barjavel.
  ==>  Soumis avec succès en juin 2006, ce mémoire est accessible ICI.

Présentation : Ce rapport qui tient lieu d'un projet de thèse tente de montrer comment s'opère une étonnante dialectique entre l'ancien et le neuf à partir de reprises modernes du récit arthurien. La réécriture contemporaine, en ce qu'elle réinvesti l'acte de la trouveure, pour reprendre un terme médiéval, permet à bien des égards de perpétuer une matière bretonne et d'affirmer, par la même occasion, une permanence de la démarche romanesque. Inscrit au corpus, René Barjavel, qui choisit l'émerveillement face à la légende et compte bien participer de ce mythe littéraire que constitue l'Aventure du Graal. Le roman se fera alors l'espace de l'hommage dans lequel s'invite le regard de l'enfant. Rien d'enfantin pourtant dans cette écriture en apparence soumise à la tradition mais qui sait subtilement s'aménager l'anthologie arthurienne en terrain de jeu.
On pourra consulter ce rapport ici, en attendant la thèse pour laquelle je souhaite à Baptiste Franceschini le plus grand succès.

Présentation : Après un rapport de présentation générale et de méthodologie en juin 2006, (dans lequel elle envisageait d'abord de se concentrer sur l'aspect de La double temporalité narrative dans le roman), Élisabeth Stojanov a soutenu avec succès son mémoire à l'autmone 2007 en élargisant la perspective. C'est que, pour elle :

Le Voyageur Imprudent est un texte d'une richesse intarissable, comme en témoignent les nombreuses études universitaires qui s'y sont intéressées. Pour cette raison trois thèmes seulement ont été retenus, qui sont loin d'être exhaustifs. Dans un premier temps nous avons dégagé la structure particulière du texte, ce qui a conduit à une réflexion sur la temporalité mythique dans cette œuvre, mise en évidence par l'inhérence du mythe solaire qui traverse les œuvres traitant de voyage dans le temps. Enfin dans le cadre d'une recherche personnelle et intuitive nous avons tenté de dégager la trame historique qui ressort du Voyageur Imprudent. Cependant cette dernière partie qui devait se rattacher à une étude sur la trame épique n'a pu être complété et reste donc ouverte à la réflexion.
  ==>  On peut prendre connaissance de ses travaux, qu'elle a mis à la disposition des visiteurs du barjaweb, ICI.

Élisabeth Stojanov, après un changement d'activité professionnelle de quelques années, s'est lancée à nouveau dans le monde des Lettres et de la science-fiction en particulier, puisqu'elle anime un cycle de recherche à l'Université de Clermont-Ferrand sur « Les machines à voyager dans le temps dans la littérature de S.-F. d'avant 1950 ». Et elle continue à approfondir l'œuvre de Barjavel, avec des présentations inter-universitaires internationales telles que


Nous retrouverons Élisabeth Stojanov dans une autre étude doctorale liée à Barjavel, car le sujet la passionne !

Présentation : Constatant une quasi-absence d'ouvrages critiques sur Barjavel et son œuvre, à part quelques travaux universitaires, généralement motivés par un intérêt personnel de leur auteur pour l'écrivain, Mlle Sallès-Surnac a entrepris l'analyse de la thématique EroV kai JanatoV (Eros et Thanatos) au fil de trois œuvres de science-fiction de Barjavel, sans omettre de faire le lien avec d'autres écrits de l'auteur qui clarifient les idées exprimées sur ces questions.
Un travail qui mérite d'être remarqué pour deux raisons : c'est tout d'abord le premier mémoire universitaire sur Barjavel présenté à la Sorbonne (Paris I), univers académique il faut le dire "élitiste" qui n'a pas pour habitude de tenir en haute estime le genre science-fiction. D'autre part, motivée par un goût passionné pour l'œuvre écrite de Barjavel, Mlle Sallès-Suriñac a bénéficié d'un soutien pour le moins léger de son professeur, pour qui "Barjavel, c'est de la sous-littérature, je ne comprends pas qu'on puisse en faire un sujet d'étude".
Son travail montre le rapprochement d'idées intéressantes sur la question, référencées par de nombreuses lectures connexes.
  ==>  Ayant bénéficié des "conseils documentaires" de G.M.Loup, au cours d'une année de fructueuse collaboration, elle a mis son mémoire à la disposition des visiteurs du barjaweb, on pourra le trouver ICI.

Présentation : Une thèse de Doctorat ès Lettres dans laquelle Barjavel tient une bonne place puisque s'y trouvent analysés Le Diable l'emporte, Ravage et Le Voyageur Imprudent (vu sous l'angle de l'utopie et non du voyage temporel...). Barjavel y est surtout replacé dans une histoire des représentations politiques et sociales, qui a permis de proposer une véritable perspective chronologique de la science-fiction française au XXème siècle, avec la place essentielle qu'il occupe.
Nme Natacha Vas-Deyres Landriot nous propose ce résumé :

En amont et en aval du XXème siècle, de 1894 à 2004, la littérature utopique française, qui va progressivement intégrer le genre de la science-fiction, se révèle comme vectrice et créatrice de l'imaginaire collectif et des représentations littéraires tant sociales que politiques. En dépassant la complexe relation hiérarchique qui s'est créée tout au long du XXème siècle entre la science-fiction française et étatsunienne ou anglo-saxonne, il est désormais possible de montrer les enjeux épistémologiques de cette littérature de l'imaginaire. En effet sous des formes narratives originales, efficaces, utopiques ou dystopiques, non seulement elle explore les conséquences futures des innovations technologiques ou politiques, mais elle tente également de donner un sens aux transformations sociales en cours et se trouve par là même productrice de savoirs. D'autre part, le choix d'une lecture socio-critique d'un corpus de romans français, appuyé par le thème transversal "société et pouvoir", a ainsi permis d'établir une histoire des représentations littéraires sociales par le biais de leur propre dynamisme créatif. Ce sont les trois "mouvements" dynamiques créateurs de cette littérature selon Henri Desroches, l'alternance, l'altercation et l'alternative. Le mouvement utopique littéraire de l'alternance vise, à l'extrême fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle à changer la société que certains écrivains d'obédience socialiste ou anarchiste jugent obsolète et dépassée, par une volonté se traduisant dans les représentations littéraires. A contrario, se réalisant pleinement après la Première guerre mondiale, le mouvement de l'altercation, qui va durer une cinquantaine d'années, est une dynamique de création critique, satirique exacerbant toutes les dimensions négatives de la société industrielle ou post-industrielle et tentant dans ses représentations d'exprimer toutes les angoisses non-dites d'un imaginaire social en butte à des métamorphoses technologiques ou sociales trop rapides et peu maîtrisables. Cependant avec la révolution de Mai 68, les années 70 marquent le retour aux sources de la littérature utopique et de sa vocation d'alternative : sans se départir d'une essentielle veille critique sur la société post-moderne, les écrivains de la littérature utopique et de science- fiction se veulent porteurs d'une capacité de renouvellement et d'invention à la place d'une "fin de l'histoire" ou des idéologies.

Si Le Diable l'emporte n'est pas encore présenté sur une page "écrit" du barjaweb, l'extrait de sa thèse que nous propose Mme Vas-Deyres Landriot en constitue une analyse intéressante : (voir cette page).

Présentation : Ces trois romans ont amené Pauline Drouin à se pencher sur le thème du voyage, tant au sens géographique que psychologique, et ses enjeux. C'est en effet un thème récurrent dans l’œuvre de Barjavel. L’étude de quatre œuvres qui s’attachent tout particulièrement à cette thématique (Ravage, Le Voyageur imprudent, Colomb de la Lune, et Les Chemins de Katmandou) permet de mieux comprendre les enjeux du voyage chez l’auteur, à travers une approche qui se veut la plus complète possible (étymologique, historique, littéraire, anthropologique, philosophique et psychanalytique).
Ayant bénéficié des conseils de G.M. Loup, Pauline Drouin a "offert" son mémoire (auquel le jury a donné l'excellente note de 18) au barjaweb, il peut être téléchargé ICI.

Présentation : Après sa première année de Master I, Pauline Drouin a continué à explorer sa passion pour Barjavel et tout particulièrement Colomb de la lune, dont elle élabore une analyse très fine, tant littéraire que psychologique, cherchant à comprendre comment le roman a été construit et organisé par Barjavel. Ce travail nous en livre donc une étude structurale puis en étudie les différents niveaux de lecture, tels qu’ils sont suggérés par l'auteur (lectures ludique, symbolique, biographique, et psychocritique).
Ce mémoire, qui a obtenu la note plus qu'honorable de 17, peut également être téléchargé ICI.

Présentation : Ce mémoire, consacré essentiellement à La Nuit des temps, se veut être une introduction relativement détaillée, présentant cette œuvre comme une articulation possible entre reprise de mythes antiques/classiques et contextualisation plus moderne par le biais de la science-fiction, mais également des enjeux (notamment politiques et philosophiques) mis à l'œuvre dans ce roman, bien plus complexe qu'une "simple" intrigue de S.-F.
L'année 2012-2013 voit Jean-Philippe Follet continuer à travailler sur René Barjavel, cette fois sous la direction de M. Daniel Compère, en parallèle avec la préparation du CAPES.
Ce mémoire, dont on peut féliciter la note obtenue de 15, peut être téléchargé ICI.

Présentation : Ce mémoire, dans la continuité du travail effectué l'année précédente, s’intéresse cette fois au rapport synthèse/réécriture des légendes arthuriennes au sein de L'Enchanteur, de René Barjavel. S'articulant autour de trois grands mouvements, ce travail met en perspective la tension prégnante de ce récit entre reprise de topos médiévaux et innovation, dont il ressort un roman tout à la fois fidèle, ludique et enrichissant. Respectueux, l'auteur engage cependant son récit sur de nouvelles voies, plus personnelles. S'il propose, l'auteur n'incite cependant jamais à croire, ne soumettant au lecteur que des pistes de réflexions. À travers l'étude première d'une adaptation fidèle à ses sources, suivie d'une focalisation sur les personnages de L'Enchanteur et ses disciples, que vient compléter la quête symbolique du Graal et ses enjeux, l'étude tente de mettre en valeur ce postulat d'une écriture mise en tension, entre volonté de revivifier les légendes arthuriennes en général (ainsi que le personnage de Merlin plus particulièrement) et la démarche de re-contextualisation du récit. La conviction de l'auteur du mémoire étant que René Barjavel parvient à condenser en un livre unique l'ensemble conséquent des principales légendes de la matière de Bretagne, tout en rendant simultanément le récit plus perméable aux échos que peuvent entretenir ces légendes avec nous, lecteurs contemporains.
Ce travail a obtenu la note de 17/20. On peut le télécharger sur cette page.

Présentation : En lisant ce mémoire, on trouvera une étude des caractéristiques de la grande Catastrophe dans quatre romans d'anticipation de René Barjavel, Ravage, Le Diable l'emporte, La Nuit des temps et Une rose au paradis, et une analyse des différents modes de survie mis en place dans ces textes pour préserver les êtres vivants de la fin du monde. Si les rescapés dans Ravage traversent le fléau pour rejoindre un village paysan épargné, Coban, M. Gé et Hono tentent de sauver plus savamment un échantillon d'hommes, d'animaux et de végétaux dans les trois autres récits.
À travers ces thèmes récurrents dans l’œuvre de l'auteur - la Catastrophe, la survie, la renaissance de la civilisation -, ce mémoire montre ce qui relève de l’émergence du genre de la science-fiction à l’époque de Barjavel, et il retrace les influences bibliques et mythiques (les déluges de Noé, de Deucalion et Pyrrha, de Gilgamesh, etc.) dans les textes. Plus encore, ce travail tente de mettre en avant la vision barjavélienne d'une humanité qui parvient à s'extirper du déterminisme et du pouvoir dévastateur de la science pour retrouver et affirmer une liberté humaine trop longtemps oubliée.
Le jury a attribué la note de 16/20 à cette étude, appréciant le rapprochement fait entre les œuvres - qu'il aurait cependant fallu distinguer un peu plus -, la qualité de la recherche et de la rédaction, ainsi que l'interprétation personnelle des arches barjavéliennes. L'analyse du contexte historique aurait pu être plus poussée.
On peut le télécharger sur cette page.

Présentation : Barjavel s'est réclamé ouvertement et à plusieurs reprises de l’œuvre wellsienne, notamment de s'être inspiré de The Time Machine - ou La Machine à explorer le temps - pour écrire Le Voyageur imprudent. En lisant ce mémoire, on trouvera donc une étude comparée de ces deux romans : la reprise des thèmes comme les engins temporels et l'humanité future, mais aussi et surtout la structure similaire des deux textes dans lesquels les voyageurs deviennent, dans la partie centrale des romans, relais de la parole narrative, transmettant leurs observations sur le monde de l'avenir à leurs contemporains. Si l'Explorateur wellsien et Essaillon accompagné de Saint-Menoux expérimentent leurs engins temporels dans le monde de la fiction, il existe néanmoins une dimension supérieure des œuvres qui sont à elles seules des expériences de pensée dans lesquelles les auteurs expérimentent imaginairement sur le temps.
Le jury a attribué la note de 17/20 à ce travail, appréciant le rapprochement fait entre les œuvres, qu'il aurait cependant fallu distinguer plus puisqu'une idée de progrès et une volonté d'aller plus loin dans l'expérimentation se reflètent dans l’œuvre de Barjavel. Les membres du jury ont également valorisé une introduction solide, le maniement des sources et la qualité des recherches et des analyses, regrettant cependant le manque d'inscription dans une tradition littéraire et scientifique.
On peut le télécharger sur cette page.
 




 
Art,
Architecture
et Urbanisme
        Tour de Gondawa ou d'Énisoraï ?Objet culte des architectes : la lampe...

Si l'on attend encore un doctorat de physique fondamentale portant sur l'équation de Zoran (mais je crois que le sujet serait très mal vu par la science officielle), c'est dans le domaine de l'architecture que j'ai pu trouver des études détaillées sur notre auteur, par le truchement de l'analyse de sa vision du monde civilisé dont l'architecture et l'urbanisme sont des artefacts caractéristiques.
  • « Mes hommages, Monsieur Barjavel » - De l'écrit au construit, la dimension d'une œuvre - : mémoire de fin d'études d'architecture de M. Jacques HILAIRE, architecte DPLG (Clermont-Ferrand). Ce travail est un essai libre qui associe architecture et littérature dans une approche programmatique originale. Il a conduit à la proposition de création d'un lieu représentatif de l'œuvre de Barjavel à Nyons, ville natale de l'écrivain. Le mémoire proprement dit est complété d'une réalisation audiovisuelle en images de synthèse proposant un "parcours virtuel" de 6mn 30 dans le lieu ainsi conçu, avec comme fil conducteur la trame des romans "cataclysmiques" de l'auteur :
    Civilisation - Apocalypse - Mémoire - Survie - Éternité - Renaissance.
     Ce travail a été présenté par son auteur lors du café littéraire de la (deuxième Journée Barjavel) à Nyons le 25 août 2001. On pourra voir (un choix de vues tirées de ce film) accompagnées de commentaires de J.Hilaire.
  Une image de la vidéo de M. J. Hilaire - cliquer pour voir une présentation complète en album-photo

 
  • L'architecture au travers de l'imaginaire "barjavélien", mémoire de fin d'études (ISAI Victor Horta, Belgique, 2003) de M. Gérôme Forthomme auquel on peut accéder (format PDF)(ici) (format PDF). On pourra aussi voir son site personnel : [ http://gerome.forth.be ].
    Ce travail, auquel mon équipe a fournit de discrets conseils quant à la matière barjavélienne proprement dite, présente une analyse approfondie des thèmes architecturaux et urbanistiques que l'œuvre de Barjavel met en évidence, tant comme cadre d'action des romans (Ravage, La Nuit des temps) que comme sujet de réflexions propres à l'auteur qu'il exprime dans ses chroniques et essais (Journal d'un homme simple, Demain le paradis) ou dans les intermèdes dont il aime à commenter ses récits (Tarendol)... La remise en situation de l'expression de l'auteur en regard des tendances architecturales de son époque (Le Corbusier, Frank L. Wright, E. Utudjian, Antti Lovag et N. Schoffer) montre une intégration profonde de l'écrivain et de son temps, et illustre fort élégamment avec des plans, épures et même des décors réels ce qui pourrait être la vision imaginée à la lecture des meilleures pages descriptives du romancier.
  Couverture du mémoire de M.G. Forthomme

 




Articles
et
publications
        

Cette catégorie d'études concerne les publications académiques ou universitaires abordant des thèmes, littéraires ou autres, propres à l'auteur. Ces articles sont relativement rares et leur diffusion disrète en dehors du monde des Lettres universitaires. Mon attachement à les découvrir et les conserver n'en est que plus grand, mais repose essentiellement sur la chance des découvertes réalisées lors de l'exploration d'archives, ou les sympathiques contributions de ceux qui, en ayant eu connaissance, ont l'amabilité de me les indiquer.
Je ne fais pas entrer dans cette catégorie les articles de critiques ou présentation des œuvres publiés dans des revues ou journaux généralistes ou spécialisés (Fiction ou Les Nouvelles Littéraires par exemple). Ils sont mentionnés sur les (
pages « écrits ») présentant les œuvres elles-mêmes et dans la (section "documents") récapitulant ces articles et interviews de l'auteur.
 
AnnéeTitreAuteurPublicationRésumé ~ avis
1999 Merlin, personnage fantastique, merveilleux et de science-fiction.
A propos de L'Enchanteur de René Barjavel
Philippe Verelst
et
Véronique George
-
Université
de Gand
Université de Gand/gent
Plait vos oïr bon cançon vallant ?
Mélanges de Langue et de Littérature Médiévales offerts à François
Suard
Tome II
Éd. du Conseil Scientifique de l'Université Charles de Gaulle - Lille 3
(Collection UL3, ISSN 0989-3849)
Partant de la considération que L'Enchanteur constitue l'aboutissement de la Quête barjavélienne, on voit que le personnage de Merlin réalise la synthèse des héros de cet univers transcendant les genres littéraires, tout en conservant l'ambivalence psychologique que lui confèrent les tourments et grandeurs de son côté humain.
L'étude présente ces différents aspects de la Figure : fantastique, merveilleux et science-fictionnesque. Sur chacun de ces points sont mises en lumière les attaches de l'auteur à la Tradition tout autant que ses originalités, montrant ainsi que l'élaboration de son personnage aboutit à une regénération du mythe bien plus qu'à une simple réinterprétation. Y contribuent l'interaction entre tradition et innovation ainsi que le contraste entre une spiritualité quasi mystique et un humour d'une rare finesse.
2001 Étude de la temporalité narrative dans
Le Voyageur imprudent
de René Barjavel
Marie-Josée Sauvageau
Université Laval - Québec
Université Laval - Québec
Fragments d'un discours littéraire : théorie et analyse
(pp.13-29)
publiés sous la direction de Marie-Frédérique Desbiens et Fannie Godbout
pub. Sainte-Foy - CRELIQ
Collection Interlignes
ISBN : 2-920801-36-8
L'article étudie de manière savante les diverses formes de liberté qu'acquiert Saint-Menoux vis-à-vis des chronologies qui se superposent et se téléscopent dans le récit. Au fur et à mesure de son apprentissage et de ses expériences, se déploient différentes qualités d'anachronies aux conséquences parfois subtilement rétroactives. Et c'est en se heurtant finalement à la fatalité que le héros n'échappe pas au pouvoir de l'écrivain, qui, curieusement, le laisse vivre un court instant après la mort de son ancêtre...
Le paradoxe inventé par Barjavel est bien vertigineux, et justifie que l'auteur lui-même l'ait en fait approfondi postérieurement dans l'ultime chapitre ajouté en 1958.
2000 From Catastrophe to Utopia : the Wartime Novels of René Barjavel
 
(De la Catastrophe à l'Utopie : les romans de temps de guerre de René Barjavel)
Christopher Lloyd
University of Durham
Université de Durham
Elvet Riverside, New Elvet, Durham DH1 3JT, United Kingdom
Utopias
pp.161-74
Ed. F. Le Saux & N. Thomas,
Durham Modern Languages Series.
Se concentrant sur deux romans, Ravage et Le Voyageur imprudent, l'étude élabore une présentation des liens que tissent la science-fiction avec les thèmes de l'utopie et de la dystopie, en remontant avec précision à leurs origines tant théoriques que littéraires. La restriction à deux œuvres du genre S.-F. de Barjavel peut paraître réductrice, mais elle prend son sens par la mise en regard précise qui est faite avec la période où ils furent écrits, après la défaite de 1940. Aussi les liens complémentaires entre catastrophe et utopie émergent des événements qui se situent à leur frontière, cataclysmes guerrier en particulier.
Les développements dans les deux œuvres prennent des axes différents : spatial pour Ravage et temporel pour Le Voyageur imprudent. L'optique extra-européenne qui est celle de l'étude contribue de plus à une objectivité par rapport aux a priori politico-historiques dont s'accompagnent encore souvent les exégèses françaises de ces deux romans. Curieusement, C. Lloyd ignore l'existence d'une traduction du Voyageur imprudent (Future Times Three), s'appuyant donc sur le texte original pour ses citations qui en deviennent savoureuses.

 



Pour aller plus loin...

Comme je l'ai dit, recueillir ces documents, ou même les consulter, n'est pas toujours facile pour un simple "curieux", même sincèrement motivé... Ce n'est qu'une raison de plus pour maintenir et mettre en valeur ces études, qui, au-delà du monde universitaire, parfois un peu clos, peuvent bien évidemment intéresser un plus vaste public, pratiquement tous les vrais amis de l'auteur et de son œuvre.
Ce n'est que par la bonne volonté et l'amabilité de visiteurs du barjaweb que j'ai pu accéder à ces documents. J'invite donc tous ceux et celles qui seraient amenés à en disposer, même momentanément à l'occasion d'une consultation par exemple, à me contacter en vue de me les communiquer afin qu'ils puissent venir enrichir ces archives. Bien sûr, je suis aussi disponible pour ceux qui sont intéressés pour fournir documentations, guides et même assistance dans des travaux sérieux sur notre auteur.